Entrée #012 - 01.12.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : alimentation, climat, propriété, santé
Mi-novembre, des manifestations ont eu lieu au Japon pour protester contre la révision de la loi sur la protection des obtentions végétales et des semences (Plant Variety Protection and Seed Act). Celle-ci doit renforcer le droit de propriété intellectuelle des producteurs de semences, un marché progressivement investi par le secteur privé depuis l'abolition du Seed Act for Major Crops en 2018 qui instituait jusqu'alors la gestion publique des semences. Ses opposants font valoir que la loi obligera les agriculteurs à acheter des semences certifiées tous les ans, impliquant des coûts supplémentaires pour ceux qui utilisent des semences de ferme. Traditionnellement nombreux au Japon, les petits exploitants agricoles à temps partiel craignent que la révision de la loi condamne à terme un modèle agricole singulier hérité de la planification d'après-guerre. La volonté du Parti Libéral Démocrate (PLD) au pouvoir de réformer le secteur s'était jusqu'ici confrontée au conservatisme de leur allié politique historique, les influentes coopératives agricoles du pays. La multiplication des accords de libre-échange (Partenariat transpacifique global et progressiste (CPTPP) entré en vigueur en 2018, Partenariat régional économique global (RCEP) signé le 15 novembre dernier), qui justifie les mesures de dérégulation en tant que mise en conformité du droit japonais avec les règles du commerce international (notamment celles établies par l'Union pour la Protection des obtentions végétales), pourrait effectivement venir à bout du modèle agricole actuel au profit des exploitations les plus grandes et les plus productives.

Lire la suite de Entrée #012 - 01.12.20

Entrée #010 - 25.09.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : travail, technique, réseaux, propriété
Tomoya Obokata, rapporteur spécial sur les formes contemporaines d'esclavage au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, dit craindre que la pression économique sur les entreprises n'encourage les états libéraux à démanteler un peu plus le droit du travail et les mécanismes de protection sociale. De telles décisions pousseraient selon lui un nombre de personnes toujours plus grand vers la servitude et le travail forcé, alors que l'ampleur du chômage actuel semble déjà liée à la précarité des formes de travail contemporaines. Un choix politique qui n'est pas une fatalité, comme le rappelle l'Organisation Internationale du Travail (OIT), qui relève que "[c]ertains pays ont cherché des moyens innovants pour accroître l’espace budgétaire et permettre ainsi l’extension de la protection sociale comme, par exemple, des taxes sur les profits réalisés sur les ventes des entreprises de haute technologie, l’imposition unitaire des sociétés multinationales, des taxes sur les transactions financières ou sur les billets d’avion." L'organisation rappelle que 55% de la population mondiale, soit plus de 4 milliards de personnes, n'ont accès à aucune couverture sociale.

Lire la suite de Entrée #010 - 25.09.20

Final Fantasy VII

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Lectures Mots clés : énergie, propriété, médias
Square, 1997. Final Fantasy VII, Sony Playstation.

Lorsque Final Fantasy VII sort en Europe en 1997, le jeu vidéo a mûri et s'installe durablement comme un loisir populaire et une industrie lucrative, dans un monde devenu un immense marché aux perspectives illisibles. Le modèle capitaliste est sorti vainqueur du XXème siècle, consacrant l'extension du marché comme fin de l'histoire et garante de la paix mondial. La sortie d'un remake prévue le 10 avril 2020 est l'occasion de revenir sur l'univers déployé dans Final Fantasy VII, qui évoque avec une puissance peu commune les enjeux qui traversent son époque.

Lire la suite de Final Fantasy VII

Notes sur les cryptomonnaies

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Notes Mots clés : réseaux, propriété, énergie
Au début des années 2000, Internet se démocratise dans un contexte de climat sécuritaire qui pousse les États à multiplier les moyens de surveillance du réseau, affaiblissant la confiance dans ce dernier. Dans le même temps, l'économie de la publicité et des données et l'essor du commerce en ligne alimentent la concentration du trafic vers une poignée d'entreprises multinationales. A l'inverse de cette tendance à la concentration et à la confiscation du capital et du pouvoir sur le réseau, des organisations décentralisées et ahiérarchiques vont voir le jour, portées par une infrastructure conçue comme un outil ouvert. Les échanges de pair à pair (P2P) se démocratisent à partir de la fin des années 1990, pour le partage de fichiers, la diffusion en direct ou les communications. Le bitcoin, première cryptomonnaie basée sur le P2P, est créée en 2009.

Lire la suite de Notes sur les cryptomonnaies

Entrée #004 - 18.02.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : santé, alimentation, propriété, recherche
Le 31 décembre 2019, les autorités sanitaires chinoises déclarent les premiers cas d'une pneumonie encore non identifiée. La première diminution du nombre de nouvelles contaminations a lieu le 12 février 2020. Au 17 février, l'épidémie de Covid-19 a provoqué 1770 décès pour environ 70000 contaminations en Chine. Le pays pesant 17% du PIB mondial, l'économie mondiale subit le contrecoup de la crise sanitaire : diminution des exportations, baisse du prix du baril de pétrole, baisse des valeurs de la bourse, difficultés d'approvisionnement, notamment dans le secteur de l'électronique. Dans le pays, dont la croissance est très dépendante de la consommation intérieure, la crise sanitaire constitue également un risque pour l'emploi et l'endettement des entreprises. Certains chercheurs estiment que la structure politique pyramidale de l’État chinois a entravé l'alerte tout en permettant une mise en œuvre rapide des mesures d'urgence. D'autres évoquent les investissements publics récents et massifs dans le système de santé qui s'était révélé défaillant lors de l'épidémie de SRAS, mettant en cause l'ouverture à l'économie de marché des années 1980-2000 et l'accaparement des services hospitaliers par le secteur privé. Contre ce modèle de gestion de crise qualifié parfois de "totalitaire", Emmanuel Hirsch suggère de développer un modèle démocratique fondé sur la concertation en France autour de cet enjeu afin de favoriser la confiance, la justice et prévenir les discriminations et les négligences. Il estime que dans le contexte actuel "de conflit des expertises, de contestation de la parole publique et d’expression forte d’un besoin de médiations et de concertations dans les processus décisionnels", l'approche verticale de la gestion de crise qui prévaut en France augmenterait la défiance et le sentiment de vulnérabilité de la population. Deux analyses qui ont une résonance particulière tandis que le conflit entre le gouvernement français et le personnel hospitalier s'enlise.

Lire la suite de Entrée #004 - 18.02.20

Fil RSS des articles de ce mot clé