Entrée #24 - 01.02.22

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : alimentation, énergie, climat, justice, réseaux
Ni révolutionnaire, ni innovant : dans un entretien au Journal du CNRS, le professeur en informatique Michel Beaudouin-Lafon porte un regard critique sur le métavers, cet “environnement virtuel collaboratif” dans lequel investissent massivement les plus grandes entreprises multinationales du numérique. Héritier spirituel des communautés virtuelles des années 1990, basant son expérience sensible sur du matériel encore inabouti, le métavers millésime 2022 serait avant tout un nouveau territoire pour l'économie des données et de l'attention selon le chercheur, qui met en garde contre les risques psycho-sociaux et de sécurité liés à ce type d'univers. Partant du premier cas d'agression sexuelle reporté dans le métavers de l'entreprise Facebook, le chercheur en sciences de l'information Olivier Ertzscheid va plus loin en discutant la question du droit des espaces virtuels. Il rappelle que l'agression “est une intentionnalité” imputable à son auteur et non “une fonction que l'on peut activer ou désactiver”. Il fait ainsi référence à l'ajout, en réponse à l'agression, d'une fonction technique de blocage qui charge la victime d'assurer elle-même sa propre sécurité et d'assumer seule les conséquences (bien réelles) de l'agression, en permettant à la plateforme de dégager sa responsabilité. Contre ce solutionnisme technologique amoral, l'auteur appelle à la mise en œuvre d'un “engagement autour de valeurs fondamentales, par le biais d'une constitution promulguée en pleine conscience”, d'après les mots de Lawrence Lessig (professeur de droit et auteur de l'article "Code is Law"). Pour Olivier Ertzscheid, l'apparition de plusieurs régimes de réalité (physique, augmentée, physique) doit nous questionner sur la façon dont “nous les peuplerons pour y faire société”.

Lire la suite de Entrée #24 - 01.02.22

Entrée #22 - 29.11.21

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : climat, alimentation, travail, IA
Simon Kofe, ministre des affaires étrangères des îles Tuvalu, a mis en scène les menaces qui pèsent sur l'état insulaire en apparaissant les pieds dans l'eau lors de son adresse à la 26ème Conférence des parties sur les changements climatiques (COP26) qui s'est déroulée début novembre. À terme, une combinaison de plusieurs menaces devrait rendre l'archipel inhospitalier, voire inhabitable. Tuvalu a connu la pire sécheresse de son histoire entre juin et août dernier, avec des précipitations moyennes équivalentes à 25% de la normale, alors que l'eau de pluie est le principal accès à l'eau douce de la population. Ces îles basses font également face à des ouragans plus fréquents et au recouvrement régulier des terres par la mer, avec pour conséquences une augmentation des surfaces terrestres touchées par la salinisation et l'infertilité, comme le signalait le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans son cinquième rapport en 2014. Le chercheur de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) Sougueh Cheik résume pour The Conversation les enjeux de ce phénomène de salinisation excessive des sols, qui touche un milliard d'hectares dans le monde, soit 7% de la surface terrestre de la planète. L'auteur souligne que le phénomène est étroitement lié à l'irrigation inappropriée des terres agricoles et impacte particulièrement les zones arides. Une situation observable grâce à la carte publiée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en octobre, qui estime que “20 à 50% des sols irrigués sur l’ensemble des continents sont trop salés”.

Lire la suite de Entrée #22 - 29.11.21

Entrée #19 - 13.08.21

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : climat, justice, migrations, médias
Un consortium de journalistes, coordonné par l'organisation non-gouvernementale Forbidden Stories avec l'appui technique d'Amnesty Tech, a révélé une liste de 50000 numéros de téléphone parmi lesquels figurent ceux de personnalités politiques, militants des droits humains et journalistes. Un nombre difficile à estimer de ces personnalités pourrait avoir été mis sur écoute par des services de renseignement à l'aide du logiciel espion Pegasus, commercialisé par l'entreprise israélienne NSO. Jean-Marc Manach rappelle que contrairement aux pratiques dévoilées par Edward Snowden en 2013 qui consistaient en l'interception massive des échanges pendant leur transit, ces écoutes reposent sur l'exploitation de failles dites zero day (non encore découvertes et réparées) sur les terminaux de cibles désignées. Cette méthode permet de contourner le chiffrement des échanges largement déployé depuis les révélations de Snowden. Si les faits sont avérés, cette nouvelle affaire constituerait une atteinte supplémentaire au travail de la société civile et des journalistes, au même titre que la multiplication des SLAPP (Strategic lawsuits against public participation) ou “procédures bâillons”, comme le signale la Revue des Médias. Ces procès à répétition sont utilisées par des lobbies et des grandes firmes à des fins d'intimidation et de pression financière sur leurs adversaires, journalistes et militants associatifs en tête. L'article égrène de nombreux cas récents, comme celui de Daphné Caruana Galizia, journaliste maltaise assassinée en 2017 alors qu'elle enquêtait sur des faits de corruption et poursuivie dans quarante-sept affaires au moment de sa mort. En France, la REM rapporte la prédilection des filiales du groupe Bolloré pour les SLAPP, ou encore les cas des journalistes Inès Léraud et Morgan Large, qui enquêtent depuis de nombreuses années sur le secteur de l'agroalimentaire en Bretagne et sont de ce fait les cibles de procès et malveillances à répétition.

Lire la suite de Entrée #19 - 13.08.21

Entrée #17 - 28.05.21

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : climat, propriété, santé, technique
S'appuyant sur une longue revue d'articles et sur l'histoire de la radio et de la télévision, Hubert Guillaud propose pour InternetActu.net d'imaginer des médias sociaux publics. Citant la chaîne de télévision PBS aux États-Unis ou la radio BBC au Royaume-Uni, il montre comment des médias publics ont été conçus "comme une réponse à la défaillance des marchés", alors que ces espaces médiatiques monopolisés par le secteur marchand connaissaient dérives et scandales financiers. Contre le modèle économique publicitaire des grands médias sociaux privés qui relègue l'objectif de progrès social à l'arrière plan et suscite la concentration du trafic, la centralisation des infrastructures et la pauvreté des alternatives, l'auteur met en lumière plusieurs expériences existantes en tant que sources d'inspiration potentielles. Du réseau social LGBTQ Ahwaa au Moyen-Orient qui impose l'anonymat et l'absence d'images, à la plateforme de microblogage Pol.is, sans fonction de réponse, dont l'objectif est de mettre en valeur les oppositions et les consensus par le vote, en passant par le forum communautaire du Vermont Front Porch Forum où les messages sont publiés une seule fois par jour pour introduire une "granularité" dans le flux continu des échanges, Hervé Guillaud avance des pistes pour de nouveaux espaces publics numériques. Il évoque également la question de la gouvernance de ces structures et le principe de fonctionnement des réseaux fédérés du Fediverse, qui constituent une alternatives à la centralisation imposées par les groupes privés comme par certains États.

Lire la suite de Entrée #17 - 28.05.21

Entrée #14 - 18.02.21

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : climat, énergie, propriété, réseaux, travail
Dans un article publié en octobre dans la revue Loss Prevention Bulletin, le Bureau d’Analyse des Risques et Pollutions Industriels (BARPI) fait état de l'augmentation de l'impact des événements climatiques sur les installations industrielles françaises. Ainsi, le nombre d'accidents liés aux événements naturels a plus que doublé en dix ans, tandis que ceux liés aux fortes chaleurs a été multiplié par 8, passant de 7 enregistrements en 2010 à 56 en 2019. Un rapport de l'ONU, cité par Sylvain Genevois sur le blog collectif Cartographie(s) numérique(s), alerte de son côté sur les conséquences du vieillissement des barrages hydroélectriques. Construits majoritairement au milieu du XXème siècle, ces installations accusent leur âge et souffrent de “la fréquence et la gravité croissantes des inondations”. Leur dégradation, combinée aux modifications hydrologiques induites par le changement climatique et l'artificialisation des cours d'eau et des sols font peser des risques importants sur les habitants en aval. Dernier exemple en date : la rupture d'un glacier de l'Himalaya le 7 février dernier, provoquant une crue éclair qui a détruit un barrage hydroélectrique et tué plusieurs ouvriers.

Lire la suite de Entrée #14 - 18.02.21

Fil RSS des articles de ce mot clé