Mana. Vulnérabilité et Technosciences

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Lectures Mots clés : santé, recherche
Mana. Vulnérabilité et Technosciences, 1998/1, n°4. L.A.S.A.R. Caen : Presses Universitaires de Caen, 1996-. ISSN : 1271-0377.

La crise sanitaire internationale actuelle suscite la mise en œuvre de plans de gestion de crise sensiblement différents selon les gouvernements. Tous nous renvoient à des questions cruciales pour les sociétés contemporaines. Le confinement et le risque épidémique nécessitent de négocier intellectuellement avec la restriction des libertés fondamentales, la surveillance institutionnelle et le contrôle social. Entre des démocraties libérales en manque de légitimité et des démonstrations autoritaires de plus en plus répandues, la crise peut être le moment de remettre en question les moyens d'exercer notre responsabilité collective. Le quatrième numéro de la revue de sociologie et d'anthropologie Mana traitait précisément du sujet, d'où l'envie d'en publier aujourd'hui ce résumé.

Lire la suite de Mana. Vulnérabilité et Technosciences

Entrée #005 - 22.03.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : santé, travail, recherche, réseaux
La chute continue des valeurs financières apparaît comme l'un des signaux les plus menaçants de la pandémie actuelle de coronavirus Covid-19 pour la santé économique des états, celle des activités de production, les salaires et l'emploi. Le 9 mars, face au refus de la Russie de diminuer sa production de pétrole pour accompagner la diminution de la demande mondiale, l'Arabie Saoudite a baissé de 30% le prix de sa propre production. Une décision qui a aggravé la chute des cours de la bourse, déjà minée par le ralentissement de l'économie chinoise et son impact sur les chaînes de valeur mondiales, et qui fait peser un risque de faillites en chaîne sur les producteurs américains de pétrole de schiste, plus cher à produire. La conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) insiste sur la vulnérabilité des économies "émergentes" endettées auprès de la Chine (Afrique, sud-est asiatique, Amérique du sud) et "souligne que la combinaison de la déflation des prix des actifs, d’une demande globale plus faible, d’un endettement accru et d’une distribution des revenus qui s’aggrave pourrait aussi « déclencher une spirale descendante plus vicieuse »."  L'Organisation Internationale du Travail (OIT), de son côté, envisage de 5 à 25 millions de chômeurs et 33 millions de travailleurs pauvres supplémentaires en 2020, en comparaison des 22 millions de personnes qui avaient perdu leur emploi lors de la crise financière de 2008.

Lire la suite de Entrée #005 - 22.03.20

Notes sur les cryptomonnaies

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Notes Mots clés : réseaux, propriété, énergie
Au début des années 2000, Internet se démocratise dans un contexte de climat sécuritaire qui pousse les États à multiplier les moyens de surveillance du réseau, affaiblissant la confiance dans ce dernier. Dans le même temps, l'économie de la publicité et des données et l'essor du commerce en ligne alimentent la concentration du trafic vers une poignée d'entreprises multinationales. A l'inverse de cette tendance à la concentration et à la confiscation du capital et du pouvoir sur le réseau, des organisations décentralisées et ahiérarchiques vont voir le jour, portées par une infrastructure conçue comme un outil ouvert. Les échanges de pair à pair (P2P) se démocratisent à partir de la fin des années 1990, pour le partage de fichiers, la diffusion en direct ou les communications. Le bitcoin, première cryptomonnaie basée sur le P2P, est créée en 2009.

Lire la suite de Notes sur les cryptomonnaies

Entrée #004 - 18.02.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : santé, alimentation, propriété, recherche
Le 31 décembre 2019, les autorités sanitaires chinoises déclarent les premiers cas d'une pneumonie encore non identifiée. La première diminution du nombre de nouvelles contaminations a lieu le 12 février 2020. Au 17 février, l'épidémie de Covid-19 a provoqué 1770 décès pour environ 70000 contaminations en Chine. Le pays pesant 17% du PIB mondial, l'économie mondiale subit le contrecoup de la crise sanitaire : diminution des exportations, baisse du prix du baril de pétrole, baisse des valeurs de la bourse, difficultés d'approvisionnement, notamment dans le secteur de l'électronique. Dans le pays, dont la croissance est très dépendante de la consommation intérieure, la crise sanitaire constitue également un risque pour l'emploi et l'endettement des entreprises. Certains chercheurs estiment que la structure politique pyramidale de l’État chinois a entravé l'alerte tout en permettant une mise en œuvre rapide des mesures d'urgence. D'autres évoquent les investissements publics récents et massifs dans le système de santé qui s'était révélé défaillant lors de l'épidémie de SRAS, mettant en cause l'ouverture à l'économie de marché des années 1980-2000 et l'accaparement des services hospitaliers par le secteur privé. Contre ce modèle de gestion de crise qualifié parfois de "totalitaire", Emmanuel Hirsch suggère de développer un modèle démocratique fondé sur la concertation en France autour de cet enjeu afin de favoriser la confiance, la justice et prévenir les discriminations et les négligences. Il estime que dans le contexte actuel "de conflit des expertises, de contestation de la parole publique et d’expression forte d’un besoin de médiations et de concertations dans les processus décisionnels", l'approche verticale de la gestion de crise qui prévaut en France augmenterait la défiance et le sentiment de vulnérabilité de la population. Deux analyses qui ont une résonance particulière tandis que le conflit entre le gouvernement français et le personnel hospitalier s'enlise.

Lire la suite de Entrée #004 - 18.02.20

Entrée #003 - 17.01.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : migrations, IA, guerre, propriété, énergie
Un Forum mondial sur les réfugiés s'est tenu mi-décembre à Genève. L'ONU rappelait à cette occasion que 70 millions de personnes étaient considérées comme déplacées ou réfugiées en 2018. Parmi les causes de ce record, le conflit en Syrie où les violences se poursuivent et impactent la région entière, l'exode principalement économique qui touche le Venezuela et qui concerne environ 15% de la population en 2019, les conflits internes en Colombie ou en République Démocratique du Congo, et les crises climatiques et alimentaires comme au Honduras.

Lire la suite de Entrée #003 - 17.01.20

Fil RSS des articles