Notes sur la pollution radioactive

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Notes Mots clés : énergie, nucléaire, recherche, justice
Le 11 mars dernier, l'anniversaire de la catastrophe de Fukushima, survenue il y a dix ans, a rappelé à l'opinion publique l'existence d'une controverse sur les conséquences sanitaires et environnementales de l'exploitation de l'énergie nucléaire. Ce thème fort du débat public des années 1990 est aujourd'hui éclairé par de nouvelles données et analyses : la gestion de l'accident de Fukushima a suscité de nombreuses études et commentaires, tandis que les demandes toujours plus pressantes de justice des victimes des essais nucléaires français ont permis de requestionner les études officielles à la lumière d'expertises nouvelles et de documents déclassifiés.

Le coût de la pollution

6 ans, 24 milliards d'euros, 20 millions de mètres cube de déchets : c'est ainsi qu'Olivier Evrard, chercheur au Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA), résume en quelques chiffres "les leçons d'une décontamination" dans le journal du CNRS. Des leçons onéreuses et non garanties. Si la plus grande partie de la pollution radioactive a été retirée, de nombreuses questions subsistent : transferts de radioactivité des zones polluées vers les zones décontaminées (ruissellement, lessivage), retraitement des déchets, fertilité des sols reconstitués, limites de la phytoremédiation (production de déchets importante)... Malgré cette onéreuse décontamination et les campagnes visant à culpabiliser ceux qui refusent de retourner vivre dans la région de Fukushima, la recolonisation marque le pas. En cause, le coût psychologique très élevé d'une réinstallation dans un environnement autrefois familier bouleversé par la catastrophe et le manque de perspectives économiques dans une région identifiée comme polluée. Par ailleurs, le secteur du nucléaire lui-même paye le prix de la catastrophe : le renforcement des normes de sécurité a renchérit le coût de l'énergie nucléaire de 33% en dix ans, quand dans le même temps celui des énergies renouvelables diminuait. Au Japon, près de la moitié des réacteurs doivent être démantelés et la part du nucléaire dans la production énergétique du pays ne devrait plus atteindre son niveau de 2011. La somme de ces conséquences sociales, environnementale et économiques explique sans doute la défiance envers le nucléaire qui s'est installée durablement au Japon, comme le montrent les mobilisations régulières qui ont lieu depuis l'accident. Selon l'Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED), 17% des manifestations de ces trois dernières années reposeraient sur des revendications antinucléaires, soit près d'une manifestation sur cinq.

En France, la question des déchets radioactifs s'est incarnée dans la controverse autour du projet Cigéo de stockage centralisé des déchets de haute activité à vie longue. La demande de reconnaissance d'utilité publique déposée par l'Agence Nationale pour la gestion des déchets  radioactifs (ANDRA) a récemment reçu un avis défavorable des principaux élus locaux concernés, après l'avis mitigé rendu par l'Autorité Environnementale en janvier dernier. Cette dernière a notamment émis des doutes sur les conséquences environnementales et la réversibilité du projet, qui viennent alimenter l'opposition locale. Dans le cadre de sa contribution au 5ème Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), l'Autorité de Sûreté du Nucléaire (ASN) insiste de son côté sur la nécessité d'étudier des scénarios alternatifs, comme la possibilité d'intégration à des structures planifiées existantes et locales plutôt que centralisées comme Cigéo, mais aussi sur l'importance des analyses multicritères pluralistes (concertations), de la communication au public des résultats de surveillance et de l'importance de la mémoire des sites. Le PNGMDR concerne également la réhabilitation et le suivi des près de 250 mines d'uranium présentes sur le territoire français et dont l'exploitation est arrêtée depuis 2001. Si l'ASN met en avant sa volonté de poursuivre la reprise des stériles miniers, le maintien en état des ouvrages de stockage et l'étude des processus (encore mal connus) d'accumulation des sédiments radioactifs, l'avenir de ces mines fait toujours débat localement, comme l'ont montré les chercheurs Sylvain Le Berre et Sophie Bretesché dans leur étude de la dynamique médiatique de la controverse sur le nucléaire.

Raison d’État...

Le 6 février dernier, des vents chargés de sable du Sahara traversent l'Europe. D'après les analyses de l'Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l'Ouest (ACRO), rendues publiques dans un communiqué publié le 24 février, ces poussières contiennent des traces de césium-137, un radioélément artificiel, héritage des essais nucléaires français réalisés dans le Sahara au cours des années 1960. Une histoire rappelée à la mémoire de l'État français par le président algérien Abdelmadjid Tebboune à l'occasion de la fête de la Victoire le 19 mars (fête de l'indépendance). En janvier, tandis que l'historien Benjamin Stora rendait son rapport sur la mémoire franco-algérienne, Le Monde rappelait les difficultés des requérants algériens à obtenir une indemnisation du Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN). Autorité administrative indépendante ayant subi plusieurs évolutions depuis sa création en 2010, le CIVEN s'est appuyé sur les données de suivi radiologique des personnels de l'armée et et des populations vivant à proximité des lieux d'essais nucléaires d'une part, et sur les résultats d'études internationales d'autre part, pour déterminer un seuil de contamination  donnant lieu à une indemnisation. A l'heure actuelle, un seul requérant algérien l'a obtenue. Plusieurs raisons sont évoquées, parmi lesquelles la difficulté à rendre accessible les démarches, la préférence accordée par le gouvernement algérien à un mécanisme d'indemnisation collective plutôt qu'individuelle, ou encore le manque de données accessibles en raison du secret militaire. La loi relative aux archives du 15 juillet 2008 introduit en effet un délai légal de non communicabilité des archives concernant l'arme nucléaire1, c'est-à-dire la possibilité de ne jamais publier certains documents présentant un risque d'utilisation malveillante.

... besoin de justice...

En février 2021, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) a rendu public "un bilan des connaissances scientifiques internationales sur les conséquences sanitaires des essais nucléaires sur la population de Polynésie française", commandé par le Ministère des armées pour faire évoluer le dispositif d'indemnisation. Cette synthèse s'articule autour de deux outils méthodologiques : la reconstruction de dose, c'est-à-dire l'évaluation de la quantité de radiations reçue par la population (en fonction de leur emplacement au moment des essais, de leur régime alimentaire, de la rétention et des transferts de radioactivité dans l'environnement...), et la confrontation de ces résultats avec les données épidémiologiques de maladies connues pour être radio-induites (cancers, et en particulier cancer de la thyroïde et leucémie, mais aussi maladies cardiovasculaires...). Ce travail s'appuie sur une première étude réalisée par le CEA en 2006 et couvrant la période des essais nucléaires atmosphériques (1966-1974), complétée pour les années suivantes (1975-1981) par une seconde étude de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) produite en 2019, mais aussi sur des données déclassifiées en 2013 et les résultats du suivi radiologique de l'environnement et de la population polynésiens. Les conclusions de l'INSERM restent vagues. Les doses reçues semblent faibles, surtout si on les compare à celles délivrées lors de l'accident de Tchernobyl ou des bombardements américains au Japon. D'autre part, des facteurs comme le régime alimentaire spécifique, la prévalence du tabagisme ou encore la faible population statistique ne permettent pas d'affirmer qu'il existe un lien fort entre les cas de maladies potentiellement radio-induites et l'exposition aux rayonnements ionisants lors des essais nucléaires. Mais l'INSERM met surtout en avant le manque de données fiables et invite à multiplier les études et les outils de suivi épidémiologique. Le manque de données serait le résultat combiné du secret, du désintérêt et de l'inconséquence des autorités militaires, comme le suggère le média Disclose, qui en mars a publié une enquête et pré-publié un article scientifique sur les conséquences radiologiques des essais nucléaires en Polynésie. Les auteurs y remettent en question les méthodes de calcul de doses utilisées par le CEA, qui auraient conduit à sous-estimer les doses reçues par la population lors des essais, et par conséquent le nombre de personnes pouvant prétendre à l'indemnisation. La publication de l'enquête a donné lieu à une polémique d'experts (communiqué du CEA, réponse de Disclose) mais surtout à un sursaut de mobilisation en Polynésie. Le leader indépendantiste Oscar Temaru, déjà auteur d'un dépôt de plainte auprès de la Cour Pénale Internationale (CPI) en 2018 pour crimes contre l'humanité à l'encontre des présidents français en exercice à l'époque des essais, a appelé à manifester le 17 juillet prochain, jour anniversaire de l'essai nucléaire Centaure de 1974. Dans un communiqué, il s'appuie en particulier sur la résolution 75/112 de la Quatrième Commission de l'Assemblée Générale de l'ONU, traitant des questions relatives à la décolonisation et des effets des rayons ionisants. Adoptée en décembre 2020, cette résolution invite la France à communiquer aux Nations Unies tout élément nouveau concernant l'impact des essais nucléaires sur les populations et l'environnement. Une façon pour les indépendantistes de mettre en évidence un lien de causalité entre justice, vérité et autodétermination.

... et conflits d'expertises

Dans un article publié en mars dans la Revue d'anthropologie des connaissances, la chercheuse Laura Barbier s'attarde de son côté sur les biais des études épidémiologiques réalisées autour des installations nucléaires en fonctionnement normal. Elle pointe en particulier la faible diversité des experts dans le domaine de l'épidémiologie des radiations, leur prédilection pour un raisonnement basé sur le modèle épidémiologique de l'inférence causale (lien fort, effet fort, déterminant unique) non pertinent dans le cas des pathologies environnementales, le choix de réaliser des études descriptives (non conclusives) plutôt qu'analytiques, ou encore l'utilisation des données de l'étude Life Span Study (programme de recherche nippo-américain sur les survivants des bombes) comme références inadaptées à l'exposition aux faibles doses. La chercheuse affirme ainsi que "l’accumulation des connaissances interprétées de manière restrictive ne permet pas de réduire l’incertitude", et conduit même à "la production d’ignorance en situation d’incertitude scientifique accrue" (historique des expositions difficiles à établir, manque de données lié au secret  et aux lacunes du suivi radiologique, incertitudes concernant la relation dose/réponse pour les faibles doses, synergie avec les toxines, étiologie complexe des pathologies multivectorielles...). Une conclusion qui questionne enfin "la posture des acteurs associatifs et des experts scientifiques qui demandent et recommandent toujours plus d’études".

Si le débat sur l'impact sanitaire de la pollution radioactive résiduelle reste ouvert, les conséquences sociales, politiques, techniques, industrielles, géopolitiques et symboliques de l'exploitation du nucléaire s'imposent avec toujours plus de force au fil du temps. La mise en balance de sa contribution aux besoin humains avec son potentiel de déstabilisation sociale ne joue pas en faveur de l'atome, dans un contexte où les sociétés du monde entier sont ébranlées par de multiples crises.

1 “Ne peuvent être consultées les archives publiques dont la communication est susceptible d'entraîner la diffusion d'informations permettant de concevoir, fabriquer, utiliser ou localiser des armes nucléaires, biologiques, chimiques ou toutes autres armes ayant des effets directs ou indirects de destruction d'un niveau analogue.” (paragraphe II de l'art. L.213-2 de la loi n° 2008-696 du 15 juillet 2008 relative aux archives)

Écrire un commentaire

Quelle est le cinquième caractère du mot aj097zg ?

Fil RSS des commentaires de cet article