Entrée #007 - 24.05.20

Rédigé par falx Aucun commentaire
Classé dans : Journal Mots clés : travail, guerre
Le territoire de Taïwan a été au cœur de l'actualité géopolitique au cours de la dernière semaine, dans un contexte de conflit économique sino-américaine et de multiplication des critiques à l'égard de la Chine, tandis que l'économie globale connaît un repli sérieux. TSMC, fondeur de semi-conducteurs taïwanais qui compte pour la moitié du marché mondial, a cessé sa collaboration avec l'entreprise chinoise de télécommunications Huawei et annoncé la construction d'une nouvelle usine sur le sol américain. Le gouvernement chinois a répondu en investissant plusieurs milliards de dollars dans le fondeur local SMIC avec l'objectif de constituer à terme une filière nationale. La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen, réélue en janvier sur la base de son opposition franche au gouvernement de Pékin,  a été investie le 20 mai, recevant les félicitations du gouvernement étasunien. Tandis que les autorités sanitaires de l'île questionnaient publiquement la lenteur des autorités chinoises à signaler l'épidémie de Covid-19, elles ont tenté de faire valoir, en vain, leur expérience et leur gestion de crise souvent citée en exemple afin d'intégrer en tant qu'observateur la session annuelle de l'OMS, dont l'île est exclue depuis 2016 et l'arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen.

En France, les perspectives de l'emploi post-crise sanitaire commencent à se dessiner, en particulier pour les grandes entreprises nationales qui ont déjà pour la plupart annoncé des plans de licenciements.  La presse annonce entre autres le chiffre de 10000 licenciements chez Airbus (aéronautique), des "cessions" de branches d'activité chez Engie (énergie) comptant pour 9000 emplois, la destruction de 1900 emplois chez Conforama (ameublement), la mise en redressement judiciaire d'Alinéa (ameublement, 2000 emplois) ou encore de Presstalis (distribution de presse), sans compter les sous-traitants. D'après Rapport de Force qui s'appuie sur les chiffres issus des tribunaux de commerces, "Les secteurs les plus touchés sont, sans surprise la construction, le commerce et la réparation automobile ainsi que l’industrie manufacturière". Le même site invite à se pencher sur le cas des coopératives, que ce soit pour étudier leur modèle de gestion des mesures sanitaires ou pour réfléchir à l'opportunité et aux difficultés d'un projet de reprise en coopérative d'une usine de masques.

Dans une tribune à Libération du 3 mai, Olivier Ertzscheid met en regard la multiplication et la valorisation des initiatives "Do It Yourself" d'un côté avec la faiblesse des politiques de santé publique et le climat actuel d'irresponsabilité politique de l'autre. Il y dénonce l'idée que chacun pourrait pallier bénévolement aux manquements de l'état, laissant le choix à chacun (...en capacité de décider) et exonérant au passage son gouvernement de toute responsabilité. Selon lui, "cette idée est aussi toxique que celle affirmant que l'état peut tout". Le mensonge et l'incertitude fabriqués par un gouvernement qu'il juge irresponsable risque selon lui de produire un peuple "privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger" selon les mots d'Hannah Arendt, s'interrogeant même une possible irresponsabilité intentionnelle à même de "tétaniser les prochains rendez-vous électoraux".

Échos de la mondialisation

"Si la médecine a retenu (entre autres) d’Hippocrate son fameux « primum non nocere », on peut regretter que le politique n’ait pas, lui aussi, appris ce principe de prudence abstentionniste, et que trop souvent il use du mantra inverse : « Il faut faire quelque chose »". Laurent Chemla, informaticien et premier pirate français

"Dans de nombreux pays, les gouvernements ont imposé des restrictions aux visites des familles de détenus (...). Ces restrictions, en plus des inquiétudes concernant la propagation du coronavirus an sein de prisons surchargées, ont suscité une vague de manifestations et d'émeutes, dont on estime qu'elles ont fait 179 victimes dans 39 pays différents - parmi ceux couverts par l'ACLED". ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project)

Écrire un commentaire

Quelle est le dernier caractère du mot edaqfk6n ?

Fil RSS des commentaires de cet article